Bureau du coordonnateur en sécurité incendie

Bonjour à tous,

Mon nom est Guy Poulin, je suis coordonnateur et technicien en prévention incendie pour la MRC Robert-Cliche. J’assume la coordination du schéma de couverture de risques en sécurité incendie de la MRC et également sa mise en application municipale. Concernant l’élaboration des programmes prévus au schéma de couverture de risques en sécurité incendie, je travail en concertation avec les services incendie de la MRC, afin de produire les documents qui représentent les besoins et les attentes de ceux-ci.

J'ai pour mission d'établir un système de vérification pour que le schéma de couverture de risques soit respecté et je dois également faire la compilation de statistique. Elles sont principalement basés sur les inspections effectuées par les services d'incendie et sur les interventions d'urgences des services de sécurité incendie. L’analyse des données me permet de rédiger différents rapports et fournir des recommandations au comité de sécurité incendie et finalement la rédaction d’un rapport annuel à remettre au MSP.

Je suis parfois appellé a me rendre sur les interventions d'urgences afin d'assister les services d'incendie et également d'apporter mon soutien à la recherche des causes et circonstances des incendies en collaboration avec les directeurs des services incendie de notre MRC.
 

Mission du coordonnateur en prévention des incendies

Les services d'incendie et leurs divisions de prévention des incendies sont des outils essentiels pour diminuer le nombre d’incendies. Ils ont pour mission d’élaborer et de réaliser des programmes de prévention des incendies. Ils doivent appliquer la réglementation municipale en matière de sécurité incendie, afin que les propriétaires et locataires respectent les normes dans le but de rendre les lieux sécuritaires. Le coordonnateur peut, sur demande, effectuer des réunions d’information, des conférences ou des kiosques d’information.

Je vous remercie d’avoir visité cette page et je vous annonce qu’il y aura des conseils de prévention qui seront publiés dans vos journaux locaux et sur notre site web, dans la section sécurité incendie. N’hésitez pas à communiquer avec moi si vous avez des questions ou des interrogations sur la prévention des incendies.

Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224

Conseils de prévention des incendies par le Ministère de la Sécurité publique du Québec, 2017-2018.

Voici plusieurs informations concernant la prévention, sécurité civile et le schéma de couverture de risque.

Se préparer aux sinistre

Vous êtes le premier responsable de votre sécurité!

En situation d'urgence ou de sinistre, il vous revient d'accomplir les premiers gestes pour assurer votre propre sécurité, celle de votre famille et la sauvegarde de vos biens.

Que pouvez-vous faire?

  • Vous renseigner, auprès de votre municipalité ou sur Internet, sur les risques de sinistre dans votre localité et sur les mesures à prendre pour vous protéger.
  • Préparer votre plan familial d'urgence
  • Avoir en tout temps à la maison une trousse d'urgence contenant les articles essentiels qui vous permettront de subsister pendant les 3 premiers jours d'une situation d'urgence et que vous pourrez emporter en cas d'évacuation.
  • Assurer convenablement vos biens.

Que faire en situation d'urgence

La pluie intense fait déborder le ruisseau tout proche et l’eau s’infiltre dans votre sous-sol. Portée par le vent, la fumée âcre d’un incendie de forêt vous oppresse subitement. Un camion-citerne se renverse dans la rue et déverse son contenu chimique. Un individu armé fait irruption dans le centre d’achat où vous êtes et menace les gens. Le grondement d’un tremblement de terre vous surprend au milieu de la nuit et les secousses réveillent les enfants.

Savoir que faire en situation d’urgence fait toute la différence. Connaître les gestes à poser permet :

  • de diminuer votre vulnérabilité et de vous soustraire au danger;
  • d’aider vos proches immédiats exposés au danger;
  • de vous rendre utile auprès de ceux qui en ont besoin;
  • de contribuer à un retour plus rapide à une situation normale.

Différentes situations d'urgence peuvent survenir :

Autre lien utile

Source : MSP

Pour information :
Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224

Schéma de couverture de risques

En juin 2000, le gouvernement du Québec adoptait la Loi sur la Sécurité incendie (L.Q., 2000, c.20) par laquelle les autorités municipales ou les Municipalités régionales de comté (MRC) du Québec allaient devoir élaborer un schéma de couverture de risques.

Au cours de l’année 2001, le ministre de la Sécurité publique publiait ses orientations ministérielles en matière de sécurité incendie de manière à s’assurer que les principes et les grands objectifs qui ont présidé la réforme soient pris en compte par les administrations municipales régionales dans l’élaboration de leur schéma de couverture de risques respectif. Par cette réforme, les municipalités sur le territoire québécois ont été invitées à répondre aux deux grandes orientations suivantes : « réduire de façon significative les pertes attribuables à l’incendie et accroître l’efficacité des services incendie ».

IMPLICATION POUR LES AUTORITÉS MUNICIPALES
Le processus de planification devant mener à l’établissement d’un schéma de couverture de risques s’inscrit dans une perspective de gestion des risques. Essentiellement, l’exercice demandé aux autorités régionales consiste en une analyse des risques présents sur leur territoire, de manière à prévoir des mesures de prévention propres à réduire les probabilités qu’un incendie survienne (réduction de l’occurrence) et à planifier les modalités d’intervention pour limiter les effets néfastes lorsqu’il se déclare (réduction de l’impact). Ces trois (3) dimensions – l’analyse des risques, la prévention et l’intervention – forment donc la charpente sur laquelle prendront tantôt appui les autres éléments du modèle. Elles sont complémentaires et interdépendantes.

Les actions mises en oeuvre par les instances municipales ou régionales doivent donc viser autant la prévention, l’analyse des risques et l’intervention afin d’obtenir un bon niveau de protection contre l’incendie.

Le premier schéma de couverture de risques en incendie pour la MRC Robert-Cliche est entré en vigueur le 19 juin 2007 par un avis public de la MRC après avoir reçu l’attestation de conformité du ministère de la Sécurité publique le 21 mai 2007 conformément aux dispositions de la loi sur la sécurité incendie.

Le 19 juin 2014, soit plus de 7 ans après la mise en oeuvre de la première version, la MRC Robert-Cliche a amorcé la révision de son schéma de couverture de risque en sécurité incendie. Le 21 juin 2016, la MRC Robert-Cliche faisait donc parvenir son projet de schéma de couverture de risques en sécurité incendie au MSP et suivant l'attestation de conformité du MSP, le schéma de couverture de risques en sécurité incendie est finalement adopté par la MRC Robert-Cliche, et sa date d'entrée en vigueur est fixé au 1er décembre 2016.

PRÉSENTATION DU SCHÉMA ET REMERCIEMENTS
C’est avec plaisir que nous vous présentons le nouveau Schéma de couverture de risques en sécurité incendie de la MRC Robert-Cliche, en vertu de la Loi sur la sécurité incendie.

La réalisation de cet outil de planification en sécurité incendie a nécessité l’implication de nombreux intervenants municipaux et a été rendue possible grâce à la collaboration des personnes suivantes :

Comité consultatif en sécurité incendie actuel :
  • M. Mario Groleau Maire de Tring-Jonction et président du comité
  • M André Labbé Maire de Saint-Odilon-de-Cranbourne
  • M. Michel Légaré Directeur général de la MRC Robert-Cliche
  • Ainsi que tous les autres membres du comité qui ont siégé depuis le début de la révision du schéma
Rédaction :
  • M. Guy Poulin Coordonnateur en sécurité incendie
  • Mme Martine St-Onge Ministère de la Sécurité publique
  • Mme Amélie Rhéaume Ministère de la Sécurité publique
Cartographie
  • Mme Geneviève Turgeon Technicienne en géomatique et en cartographie
Évaluation :
  • M. Rénal Roy Coordonnateur du département à l’évaluation
Mise en page et correction :
  • Mme Jeannine Jacques adjointe de direction
Révision générale :
  • M. Michel Légaré Directeur général

Les membres du conseil tiennent à remercier toutes les personnes ayant participé à l’élaboration du schéma de couverture de risques en sécurité incendie, notamment le personnel des municipalités locales ainsi que les directeurs incendie.

Résumé du schéma de couverture de risques en sécurité incendie
 
Dans le cadre de la mise en application du schéma de couverture de risques révisé en sécurité incendie, la MRC Robert-Cliche a ajouté un nouveau domaine d’intervention, la désincarcération. La MRC Robert-Cliche prévoit également le maintien de plusieurs actions fixées dans le premier schéma et la mise en œuvre plusieurs nouvelles actions qu’elle se fixe pour les cinq (5) prochaines années. En voici un résumé :
  • Réduire les sorties relatives aux feux de cheminée et surtout aux alarmes non fondées.
  • Appliquer le programme de recherche des circonstances et cause des incendies de la MRC.
  • Réviser les ententes d’entraide afin d’assurer un déploiement des ressources en conformité avec les objectifs arrêtés au schéma et fournir une copie à la MRC.
  • Élaborer et mettre en place un programme de recrutement régional des pompiers.
  • Élaborer et mettre en place un programme d’entrainement mensuel en s’inspirant de la norme NFPA 1500 et des guides de l’ÉNPQ.
  • Mettre en place un comité de santé et sécurité au travail et désigner, dans chaque service de sécurité incendie, une personne responsable de la santé et sécurité au travail.
  • Appliquer, dans chaque municipalité qui possède un réseau d’aqueduc conforme, le programme d’entretien, de déblaiement et d’évaluation des infrastructures d’alimentation en eau, incluant la vérification des pressions et du débit des bornes d’incendie et prévoir leur codification en s’inspirant de la norme NFPA 291.
  • Rédiger et transmettre, pour chaque intervention un rapport d’intervention.
  • Harmoniser la règlementation municipale en matière incendie.
  • Appliquer le programme sur l’installation des avertisseurs de fumée (PVAF) selon les fréquences déterminées au schéma avec la collaboration de ressources formées en cette matière soit des pompiers ou toutes personnes désignées pour les risques faibles et moyens.
  • Concevoir un formulaire d’auto-inspection dans le cadre du programme PVAF.
  • Annuellement, réaliser 20 % des inspections annuelles du programme d’inspection des risques élevés et très élevés de la MRC.
  • Création du nouveau programme (Inspections/évacuations annuelles des R3/R4 hors 5 ans) concernant les Centres de petite enfance, résidences pour personnes âgées, écoles, RI, centre d’accueil, centre hospitalier y compris les centres de soin de longue durée.
  • Annuellement, réaliser 20 % des plans d’intervention annuellement et fournir un rapport annuel à la MRC sur le nombre de plans d’interventions effectués.
  • Réaliser un rapport annuel sur les activités de sensibilisation du public.
  • Concevoir un rapport annuel des activités en désincarcération.
  • Maintenir et participer aux rencontres de concertation regroupant notamment les responsables de chaque service de sécurité incendie, des policiers de la Sûreté du Québec, des travailleurs du service ambulancier, de CAUCA, d’Hydro-Québec et du ministère des Transports.
Forces de frappe

Malgré une baisse de la force de frappe initiale (par rapport au premier schéma de couverture en sécurité incendie), les SSI maintiendront les procédures opérationnelles de manière à prévoir le déploiement des ressources en fonction des risques à couvrir, de la disponibilité des pompiers, des distances à parcourir et des sources d’alimentation en eau disponibles dans les différentes parties du territoire.

Ressources humaines à déployer à l’alerte initiale par municipalité pour les risques faibles et moyens :
  • Huit (8) pompiers affectés à l’extinction de l’incendie seront requis pour toutes les municipalités.
Ressources humaines à déployer à l’alerte initiale par municipalité pour les risques élevés et très élevés :
  • Douze (12) pompiers affectés à l’extinction de l’incendie seront requis pour toutes les municipalités.
Lorsque le SSI n’est pas en mesure de fournir le nombre de pompiers requis, ce dernier devra faire appel à un ou des SSI limitrophes, et ce, dès l’appel initial. Le personnel affecté à l’alimentation en eau (transport à partir de camions-citernes ou le pompage à relais) n’est pas considéré dans le nombre de pompiers affecté à l’extinction de l’incendie.
 
Ressources matérielles
Les points d’eau dont on fait mention pour la protection du territoire sont des points d’eau aménagés et accessibles à l’année possédant un volume minimal de 30 000 litres d’eau.Le ou les véhicules d’intervention minimalement déployés à l’alerte initiale pour les secteurs desservis par un réseau d’aqueduc conforme :
  • Une (1) autopompe ou autopompe-citerne conforme.
Les véhicules minimalement déployés à l’alerte initiale pour les secteurs non desservis par un réseau d’aqueduc conforme ou si ce dernier est problématique :
  • Une (1) autopompe ou autopompe-citerne conforme
  • Au moins deux (2) camions-citernes.
 
 
 

Statistiques concernant les incendies de cuisine

Saviez-vous que...

En moyenne environ 16 000 incendies surviennent chaque année au Québec?

Depuis 2010, une baisse considérable du nombre d’incendies annuel de 27 % a été observée? Cette dernière s’explique entre autres par des activités de prévention efficaces, par la mise en œuvre des schémas de couverture de risque en incendie.

Près du tiers des incendies de bâtiment résidentiels au Québec débutent dans la cuisine, soit environ 1 300  incendies par année ou 25 par semaine?

De ces 1 300 incendies de cuisine, près de la moitié sont dus à une distraction (47 %) et que ce sont lesappareils de cuisson (four, cuisinière et autres équipements de cuisson) qui sont les éléments déclencheurs des incendies (82 % des cas)?

À elle seule, l'utilisation inadéquate du matériau enflammé (combustible renversé accidentellement, huile de cuisson ou matières grasses) représente 325 incendies de cuisine par année au Québec?

Les huiles et matières grasses pour la cuisson sont les premières matières enflammées lors d'incendies de cuisine au Québec? De plus, selon les rapports incendie transmis par les pompiers, les cendrestransvidées dans des poubelles ou de gros appareils électroménagers dont l'entretien a été négligécontribuent également à déclencher des incendies?

Les rapports incendies remplis par les pompiers permettent de cibler de mauvais comportements en cuisine qui se concluent trop souvent par des blessures et autres conséquences graves? Parmi les comportements à éviter :

 

  • déplacer un chaudron en flamme;
  • verser de l'huile bouillante dans l'évier;
  • tenter d'éteindre un feu d'huile avec de l'eau.

 

Lors d’un début d’incendie, la meilleure chose à faire est d’évacuer l’endroit et d’appeler rapidement le9-1-1?

Seulement 42 % des résidences incendiées sont munies d’un avertisseur de fumée fonctionnel?

Un avertisseur de fumée n'est pas éternel! Il doit être remplacé aux 10 ans.

L'avertisseur de fumée ne détecte pas le monoxyde de carbone (CO)? Il est fortement conseillé de se procurer un avertisseur de CO si votre domicile dispose d'appareils fixes à combustion comme un poêle à bois, une fournaise au mazout, une cuisinière au gaz ou un garage adjacent à la résidence.

Il ne suffit pas de tester le signal sonore d'un avertisseur de fumée? Il faut aussi tester sa capacité de détection de la fumée au moins une fois par année. Pour plus d’information, il faut se référer aux normes du fabricant.

Source : MSP

Pour information :
Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224

Le plan d'évacuation de votre domicile

Le plan d'évacuation est un dessin de chaque étage de votre résidence destiné à faciliter l’évacuation de votre domicile, augmentant ainsi vos chances de survie en cas d’incendie. Il doit être connu de tous et être testé au moins une fois par année. Votre plan peut même être accompagné de quelques consignes de sécurité. 

Votre maison : Que faire après un incendie
Ce feuillet d'information donne des conseils sur la façon d'agir après un incendie, pour éviter d'endommager davantage la maison, procéder à la remise en état et protéger sa santé.

Pour en savoir davantage, visitez le site Web de la SCHL à l’adresse www.schl.ca ou communiquez par téléphone : 1 800 668-2642 ou télécopieur : 1 800 245-9274.

Beaucoup d'incendies de notre MRC sont liés aux dangers de l'électricité

Les dangers de l’électricité sont partout et ne sont pas à négliger. Un cordon de rallonge surchargé, une installation électrique mal entretenue, et c’est le feu qui vous guette! Pour vous aider à prévenir les risques d’incendie à la maison, voici quelques conseils concernant …

… tous les appareillages électriques

  • Faites vérifier régulièrement les installations électriques par un maître électricien.
  • Faites remplacer les appareillages trop vieux, endommagés ou non conformes.
  • Remplacez les couvercles protecteurs des boîtes de jonction, des prises électriques et des commutateurs dès qu’ils sont endommagés.
  • Évitez d’appliquer de la peinture ou tout autre produit sur les installations électriques.
  • Ne dénudez JAMAIS les fils électriques
  • Ne tolérez pas des fils électriques fixés par des clous ou tout autre moyen inadéquat. Utilisez des attaches prévues à cette fin.
  • Faites installer le câblage électrique bien en vue de façon à ce que les rongeurs ne puissent l’atteindre, soit plus de 30 cm de toute surface pouvant leur donner appui. Si le câblage doit passer sur le côté d’une poutre, il faut respecter une distance de 10 cm à partir du dessus de la poutre.

… le panneau électrique

Entretien du panneau

  • Laissez toujours en place le couvercle protecteur du panneau électrique afin d’éviter les risques d’électrisation et d’empêcher la poussière et l’humidité d’endommager les contacts électriques.
  • Serrez une fois par année les fusibles.
  • Vérifiez occasionnellement les panneaux à disjoncteurs, car ils peuvent aussi se desserrer.
  • Faites inspecter le panneau électrique par un maître électricien dès que vous emménagez dans une nouvelle demeure.

Remplacement d’un fusible ou d’un disjoncteur

  • Image illustrant des fiches électriques.
  • Si un fusible saute, vérifiez s’il n’y a pas trop d’appareils branchés sur ce circuit. Si c’est le cas, débranchez des appareils.
  • Si un fusible saute sans raison apparente, ne le remplacez pas par un autre de calibre supérieur; communiquez plutôt avec un maître électricien.
  • Évitez de remplacer un fusible ou un disjoncteur à la noirceur ni lorsque le plancher est humide, et évitez de toucher du métal.
  • Ouvrez l’interrupteur principal (mettre la manette à OFF) avant de remplacer un fusible ou un disjoncteur.
  • Ne remplacez jamais un fusible par une pièce de monnaie. N’utilisez jamais un bout de broche pour faire fonctionner un disjoncteur. Ce sont les fusibles et les disjoncteurs qui détectent les surcharges et empêchent le câble de prendre feu.
     

Type et calibre des fusibles

Vérifiez que les fusibles sont du calibre approprié :

  • Pour les circuits d’éclairage et les prises de courant, utilisez des fusibles de 15 ampères.
  • Employez un fusible D, à action différée, pour les appareils demandant beaucoup de courant au démarrage comme le réfrigérateur, le congélateur et le climatiseur.
  • Utilisez un fusible P, réagissant aux surcharges et sensible à la chaleur, pour les autres circuits comme le chauffe-eau, la sécheuse à linge, le lave vaisselle, les plinthes chauffantes et les calorifères.

Consultez toujours votre maître électricien pour tous vos travaux électriques.

… les cordons de rallonge et les câbles

  • Utilisez des rallonges avec disjoncteur incorporé.
  • N’employez pas de cordons de rallonge de façon permanente, débranchez les après usage.
  • Gardez les cordons de rallonge à la vue. Ne les cachez pas sous les tapis ou derrière les meubles, et ne les faites pas passer à travers un mur ou sous une porte.
  • Évitez d’enrouler un cordon de rallonge lorsqu’il est branché. La chaleur dégagée au cœur de l’enroulement peut endommager la gaine protectrice et provoquer un arc électrique. Utilisez un cordon de rallonge plus court.
  • Remplacez tout cordon endommagé ou dégageant de la chaleur.
  • Ne suspendez pas un cordon de rallonge sur un crochet ou sur un clou.
  • Cessez d’utiliser un appareil dont le câble dégage de la chaleur et dont la gaine présente des signes d’usure.
  • Ne laissez pas pendre un appareil électrique à son câble.

Faites installer des prises additionnelles par un maître électricien si une rallonge ou une prise multiple est nécessaire en permanence.

… les fiches, les prises de courant simples et les prises multiples

  • Image illustrant le débranchement d'une fiche électrique.
  • Tirez sur la fiche pour débrancher un appareil et non sur le câble.
  • Ne coupez pas la troisième dent d’une fiche, elle est nécessaire pour la mise à la terre de l’appareil.
  • Assurez-vous que les prises de courant de la salle de bain et celles de l’extérieur possèdent un disjoncteur intégré. Les prises de courant extérieures doivent aussi posséder un couvert protecteur.
  • Assurez-vous qu’aucune fiche n’est coincée ou écrasée derrière un meuble.

Ne branchez sur des prises multiples que des appareils à faible consommation comme une lampe de table, un radio-réveil ou la télévision.

… les appareils de chauffage portatifs

  • Placez la chaufferette loin des meubles, des rideaux et des autres tissus.
  • Installez la chaufferette de façon à ce que personne ne la renverse.
  • Branchez la chaufferette directement dans une prise, et non à un cordon de rallonge.
  • Assurez-vous que la chaufferette possède un dispositif de sécurité intégré qui l’arrête lorsqu’elle est renversée.
  • N’utilisez jamais une chaufferette de chantier de façon permanente. Faites plutôt installer un système de chauffage conforme.

… les plinthes de chauffage

  • Image illustrant une plinthe de chauffage électrique.
  • Éloignez les rideaux et les meubles des plinthes électriques d’au moins dix centimètres.
  • Assurez-vous que l’intérieur des plinthes est vide de tout objet, comme du papier journal, et éloignez tout ce qui pourrait s’y retrouver accidentellement.

… les autres appareils

  • Utilisez des ampoules du calibre indiqué sur la lampe.
  • Ne déposez pas de tissu sur les abat-jour. La chaleur de l’ampoule pourrait l’enflammer.
  • Nettoyez régulièrement l’enroulement des condensateurs et le mécanisme derrière le réfrigérateur. La poussière et les dépôts graisseux peuvent prendre feu.
  • N’utilisez pas d’appareils électriques comme une radio ou un radiateur dans la salle de bain.

Saviez-vous qu’une ampoule électrique peut dégager jusqu’à 200 °C?

Utilisez des appareils portant le sceau d’un organisme d’homologation reconnu comme CSA ou ULc.

… les appareillages extérieurs

  • Assurez-vous que les prises de courant et les commutateurs situés à l’extérieur sont étanches.
  • Installez un appareil d’éclairage extérieur à l’épreuve des intempéries.
  • Employez des cordons de rallonge conçus pour l’extérieur.
  • Rangez les lumières de Noël dès que les Fêtes sont terminées. En les laissant sur place, la chaleur de l’été peut endommager la gaine du câble. Une gaine endommagée, combinée aux intempéries, peut provoquer un arc électrique et un risque d’incendie.*
  • Éloignez de la piscine les appareils électriques comme une radio.

Saviez-vous qu’un arc électrique peut dégager près de 3 000 °C?

Source : MSP

Pour information :
Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224

Inondation

Bon an, mal an, des inondations surviennent en Beauce. Elles sont causées, par exemple, par le dégel qui fait gonfler les rivières, par un déferlement de vagues en bordure de la Rivière-Chaudière, ou par des conditions météorologiques comme des pluies abondantes, qui ont un effet direct sur les niveaux et les débits des cours d’eau.

Vous pouvez limiter les dangers lors d’une inondation ou lors de déferlement de vagues en accomplissant certains gestes :

Préparez-vous

Ayez toujours à portée de main votre trousse d’urgence !

En période de risque élevé d’inondation, consultez le site Internet de votre municipalité ou communiquez avec elle pour obtenir de l’information sur les mesures en place ou qui sont à prendre.

Si vous avez une résidence à proximité d’un plan d’eau ou d’un cours d’eau, surveillez les niveaux et les débits des cours d’eau.

Suivez les conseils de prévention en cas de menace d’inondation ou de déferlement de vagues

Prenez les précautions suivantes en cas d’inondation imminente ou de menace de déferlement de vagues :

  • montez à l’étage les objets de valeur et ceux qui peuvent être déplacés du sous-sol ou du rez-de-chaussée;
  • mettez à l’abri les produits chimiques ou nocifs tels que les insecticides et les résidus d’huile usagée. En replaçant ces produits, assurez-vous qu’ils demeurent hors de la portée des enfants;
  • bloquez les conduites d’égout du sous-sol en l’absence de clapet antirefoulement (dispositif empêchant les eaux d’égout d’un branchement d’égout principal surchargé de refouler dans le sous-sol);
  • bouchez le drain au sous-sol pour réduire les apports d’eau que le tuyau de drain pourrait amener;
  • installez des sacs de sable et des membranes devant chaque entrée et ouverture (porte, garage, margelle) lorsque la mesure est conseillée par la municipalité;
  • enlevez tous les biens qui se déplacent facilement sur votre terrain afin d’éviter qu’ils soient projetés ou emportés par les vagues ou le courant. Fixez tout objet encombrant, à l’extérieur, qui pourrait être emporté par l’eau et représenter un danger pour autrui;
  • protégez avec des panneaux de bois les fenêtres faisant face au fleuve;
  • vérifiez l’état des routes, à l’adresse Internet www.quebec511.info, ou par téléphone, au numéro 511, avant de vous déplacer.
  • abonnez-vous au système de surveillance de la Rivière-Chaudière (Cobaric) à l'adresse suivante : http://www.ssrc.cobaric.qc.ca/publique_abonnement.php

Prenez les mesures suivantes si l’eau menace de pénétrer dans votre résidence :

Coupez le courant dans la maison afin d’écarter tout danger d’électrocution ou d’incendie. Consulter un électricien avant de rebrancher le courant.

Fermez l’entrée principale du gaz, ayant en tête que cette dernière devra être rouverte par un spécialiste, et fermez les robinets des bouteilles de propane et des réservoirs de propane;

Fermez le robinet qui est situé à la sortie du réservoir à mazout, en prenant note qu’il faudra faire vérifier l’intégrité du réservoir par un spécialiste avant de la remettre en marche.

Agissez lors d’une inondation ou d’un déferlement de vagues

Prenez les dispositions suivantes :

  • Ne coupez pas le courant si l’eau commence à envahir votre résidence : ne touchez à rien! Communiquez immédiatement avec Hydro-Québec, au numéro 1 800 790-2424, pour faire interrompre le service au compteur ou au poteau;
  • Observez les règles de sécurité si le courant électrique est coupé, en particulier les suivantes :
  • Soyez prudent si vous utilisez des installations électriques provisoires ou de chauffage d’appoint (ex. : équipement de camping) et conformez-vous aux instructions des fabricants;
  • Évitez une intoxication au monoxyde de carbone;
  • Respecter les règles d’installation et d’utilisation d’une génératrice si vous en êtes équipé;
  • Assurez-vous que les aliments sont salubres avant de les consommer. Plusieurs aliments périssent rapidement lorsqu’ils ne sont pas conservés au frais au réfrigérateur. Jetez tout aliment présentant des signes d’altération;
  • Surveillez les signes d’hypothermie en hiver;
  • Considérez l’eau provenant d’un puits individuel comme non potable et impropre à la consommation, même si elle parait claire et sans odeur; 
  • Vérifiez si les autorités de votre municipalité ont émis un avis d’ébullition ou de non-consommation de l’eau provenant du réseau d’aqueduc;
  • Ne tentez pas de récupérer des objets emportés par les vagues ou le courant, car vous risquez d’être emporté à votre tour;
  • Vérifiez l’état des routes avant de vous déplacer, à l’adresse Internet www.quebec511.info, ou par téléphone, au numéro 511. Évitez de vous déplacer à pied ou en véhicule sur des chaussées inondées. Abandonnez votre voiture si le moteur cale à cause du niveau d’eau, pour ne pas risquer d’être emporté;
  • Informez les autorités de toute situation dangereuse, comme des fils électriques tombés sur la chaussée ou des objets lourds transportés par les flots;
  • Consultez les médias de votre région pour connaitre l’état de situation et les mesures à prendre.
     

Évacuez votre domicile

Si les autorités l’exigent ou si vous sentez que votre sécurité est compromise, évacuez votre domicile en emportant les éléments suivants :

  • votre trousse d’urgence;
  • les médicaments et les ordonnances de chacun des membres de votre famille;
  • tout ce qui est nécessaire au bien-être des jeunes enfants (couches, biberons, jouets, etc.);
  • le matériel dont votre animal de compagnie a besoin (nourriture, laisse, etc.);
  • les documents d’identité de chaque occupant du domicile (carte d’assurance maladie, permis de conduire, etc.).

Assurez-vous aussi de verrouiller les portes de votre domicile avant de le quitter et de déposer une note dans votre boîte aux lettres pour faire connaitre le moment de votre départ et le lieu de votre destination. Si vous n’avez pas de boîte aux lettres, informez votre municipalité de l’endroit où vous trouverez refuge.

Bien que difficile à prendre, la décision d'évacuer votre domicile vous protège de dangers sous-estimés et vous permet de bénéficier de services d’aide et de réconfort inaccessibles autrement.

Réintégrez votre demeure

Si les autorités le permettent et que votre sécurité n’est pas compromise, réintégrez votre domicile, de préférence le jour puisqu’il est alors plus facile de voir les problèmes et les dangers. À votre arrivée, documentez les dommages causés à votre résidence en prenant des photos.

Après une inondation, observez certaines consignes

Pour un retour à la normale en toute sécurité, faites vérifier l’installation électrique et les appareils de chauffage par des spécialistes avant leur remise en fonction. Si les installations sont endommagées et dans l’attente d’un rétablissement définitif, utilisez les appareils d’appoint conformément aux instructions des fabricants.

Considérez ce qui suit quant à la qualité de votre eau

Réseau d’aqueduc : L’eau provenant d’un réseau d’aqueduc doit être considérée potable et propre à la consommation, à moins d’un avis contraire diffusé par les autorités municipales. En cas de doute (goût, odeur ou couleur), faites-la bouillir par précaution durant au moins une minute avant de la consommer et communiquez avec votre municipalité pour l’informer de l'altération constatée.

Puits individuels : L’eau provenant d’un puits individuel doit être considérée comme non potable et impropre à la consommation. Consommez de l’eau embouteillée.

Après le retrait de l’eau d’inondation, vérifiez l’intégrité des équipements de votre puits. Attendez ensuite un minimum de dix jours avant de désinfecter votre puits en suivant la procédure du ministère de l’Environnement, du Développement durable, de la Faune et des Parcs.

Protégez-vous contre le tétanos

Avant de commencer le grand nettoyage, assurez-vous que vous êtes protégé contre le tétanos. Cette recommandation s’applique aux personnes sinistrées, à leurs proches et aux bénévoles qui pourraient se blesser lors de travaux dans des endroits venant d'être inondés.

Pour conserver une protection adéquate, il faut se faire vacciner tous les dix ans. Pour plus de précisions, appelez Info-Santé au 811.

Protégez-vous contre les infections

Pendant toute la durée du nettoyage de votre maison ou de votre terrain, respectez les consignes qui suivent :

  • portez des gants de caoutchouc et évitez tout contact de la peau, des yeux et de la bouche avec l’eau et les matériaux souillés;
  • utilisez des produits nettoyants sans eau de Javel, afin d’éviter des réactions chimiques toxiques, et assurez-vous de bien aérer les pièces lors des séances de nettoyage;
  • changez de vêtements tous les jours et lavez séparément des autres les vêtements portés lors du nettoyage.


Prenez des précautions en matière d’hygiène

Voici d’autres conseils :

  • jetez les jeux et les jouets qui ont été imbibés par l’eau de l'inondation, même s’ils ont séchés, et stérilisez les autres à l'eau bouillante;
  • stérilisez à l’eau bouillante les articles de cuisine qui ont été en contact avec l'eau de l'inondation;
  • jetez les médicaments, les produits de beauté et autres articles de toilette ayant été en contact avec l’eau de l’inondation;
  • jetez les denrées alimentaires, périssables ou non, ayant été en contact avec l’eau de l’inondation;
  • triez vos aliments qui sont demeurés dans le réfrigérateur et le congélateur, s’il y a eu panne de courant, et jetez ceux présentant des signes d'altération.

Éliminez les moisissures

L’apparition de moisissures est possible à la suite d’une inondation. En se développant de façon importante, les moisissures dispersent dans l’air ambiant des particules qui peuvent entraîner des problèmes respiratoires.

Suivez ces conseils :

  • portez attention à la présence d’odeur de moisi, de terre ou d’alcool ainsi qu’à l’apparition de taches verdâtres ou noirâtres sur les murs, les plafonds et dans les armoires;
  • évitez ou faites disparaître les moisissures grâce à un nettoyage approfondi;
  • consultez un médecin sans tarder si vous éprouvez des problèmes de santé.

Nettoyez votre maison

Si votre maison a été inondée, prenez les mesures suivantes après le retrait de l’eau :

  • déterminez les biens qui doivent être nettoyés par des experts;
  • débarrassez-vous de tout matériau ne pouvant pas être nettoyé de façon satisfaisante (tapis, isolant, panneau de gypse, etc.) ou dont le bourrage a été trempé (matelas, coussins, etc.);
  • ouvrez les murs et enlevez la cloison sèche, les lambris et l’isolation jusqu’à au moins 50 cm (20 pouces) au-dessus de la marque de l’endroit le plus élevé atteint par l’eau;
  • remplacez ou faites remplacer les filtres et les isolants des appareils qui en sont équipés (réfrigérateur, congélateur, chauffe-eau, lave-vaisselle, etc.), s'ils ont été mouillés;
  • asséchez les lieux et ventilez les pièces pour faire baisser le taux d’humidité à moins de 50 %.

Nettoyez votre terrain

Des mesures de sécurité s’appliquent également au nettoyage du terrain :

  • communiquez avec Hydro-Québec pour signaler une ligne électrique tombée; ne touchez en aucun cas à une ligne électrique.
  • communiquez avec un spécialiste si vous détectez une odeur de gaz;
  • enlevez tous les débris sur votre terrain;
  • jetez les fruits et les légumes provenant d’un potager inondé et ayant poussé hors terre, comme les fraises ou les laitues, et nettoyez soigneusement les légumes provenant d’un potager inondé et ayant poussé sous terre, comme les pommes de terre et les carottes;
  • n’utilisez pas le sable provenant des sacs de sable des digues pour remplir les bacs à sable ou pour tout autre usage, communiquez avec votre municipalité pour obtenir l’information sur la façon de vous en départir.

Disposez d’un animal mort

Si vous trouvez un animal mort :

  • déplacez-le à l’aide d’une pelle ou utilisez une serviette pour le prendre;
  • déposez sa carcasse dans un sac de plastique résistant et prenez soin de bien le fermer, puis placez ce sac dans un deuxième sac de plastique et fermez également ce sac;
  • déposez le sac dans une poubelle qui sera ramassée par le service habituel de la collecte des déchets;
  • nettoyez ce que vous avez utilisé pour manipuler la carcasse et lavez-vous les mains à l’eau chaude avec du savon;
  • communiquez avec votre municipalité si vous trouvez une carcasse d’animal trop grosse pour être mise dans un sac de plastique;
  • communiquez avec votre vétérinaire s'il s'agit de votre animal de compagnie.

Source : Urgence Québec

Voici un document du MSP concernant la réintégration de votre domicile suivant une inodation.
 
Source : Ministère de la Sécurité publique. Direction régionale de la sécurité civile et de la sécurité incendie de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches et du Nunavik.
 

Pour information :
Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224

Alarmes incendie non fondées
90 secondes pour une protection sans fausse note!

Une alarme incendie non fondée est un signal indiquant le déclenchement d’un système d’alarme incendie relié à un centre de télésurveillance et qui a causé le déplacement inutile des pompiers.

Trop d’alarmes incendie non fondées au Québec

Plus de neuf alarmes incendie sur dix que reçoivent les centres de télésurveillance sont non fondées.

Près de 20 % de ces alarmes sont dues à une installation déficiente des composantes du système d’alarme, à un mauvais entretien et à des composantes défectueuses.

Plus de 40 % de ces alarmes sont engendrées par de la fumée légère (vapeur d’eau, fumée de cigarette ou de chauffage, poussière).

Environ huit alarmes incendie non fondées sur dix se déclenchent entre 7 h et 20 h, lorsque les occupants sont à leur domicile. Ils peuvent donc réagir rapidement pour éviter que les pompiers se déplacent inutilement.

90 secondes pour réagir!

La majorité des systèmes d’alarme incendie disposent d’une fonction de délai qui, lorsque activée, permet à une alerte de retentir jusqu'à 90 secondes avant la transmission du signal d’alarme à un centre de télésurveillance. Demandez à votre installateur de s’assurer qu’elle est activée.

Avant d’annuler l’alarme, vérifiez pour quelle raison elle s’est déclenchée : incendie réel, manipulation erronée, fumée légère, etc. Considérez toute alarme comme fondée jusqu’à preuve du contraire.

Si vous êtes en présence de fumée ou d’un feu, évacuez les occupants jusqu’au point de rassemblement, puis faites le 9-1-1. Ne retournez pas à l’intérieur sans la permission des pompiers.

Si vous êtes certain que l’alarme est non fondée, vous disposez de 90 secondes pour composer votre code d’accès afin d’annuler l’alarme et d’éviter sa transmission au centre de télésurveillance.

Si votre système ne dispose pas de la fonction d’annulation, attendez une minute après le début de l’alarme que la ligne téléphonique se libère, puis appelez votre centre de télésurveillance.

Propriétaires

Conseils pour éviter les alarmes non fondées

Faites installer les détecteurs de fumée du système d’alarme loin des sources de fumée ou de vapeur d’eau : cuisine, pièce avec foyer, salle de bain ou atelier.

Optez pour des détecteurs photoélectriques : ils sont moins sensibles à la fumée légère et à la vapeur, responsables de plusieurs alarmes non fondées.

Bien que l’activation de la fonction de délai soit facultative, il est fortement recommandé de la faire activer à l’intérieur d’une propriété privée. Renseignez-vous auprès de votre centre de télésurveillance ou du spécialiste qui en fait l’entretien.

Il est fortement déconseillé de la faire activer dans les bâtiments destinés à héberger des personnes dont la capacité d’évacuation est limitée, dont les résidences privées pour aînés.

Utilisation du système d’alarme incendie

Apprenez comment fonctionne votre système d’alarme et montrez-le aux occupants de votre demeure.

Assurez-vous que le numéro de téléphone de votre centre de télésurveillance est inscrit sur ou près du clavier de commande du système.

Renseignez-vous auprès de votre municipalité sur la réglementation concernant l’installation et le fonctionnement des systèmes d’alarme incendie.

Entretien du système

Faites remplacer les détecteurs de fumée tous les 10 ans.

Procédez à des essais deux fois par année pour assurer leur bon fonctionnement.

Nettoyez fréquemment l’extérieur des détecteurs de fumée à l’aide d’un aspirateur. N’ouvrez pas le boîtier. Communiquez avec votre centre de télésurveillance si le système se déclenche.

Prévenez votre centre de télésurveillance à la suite d’une panne électrique ou téléphonique. Testez ensuite votre système.

Inspectez les piles de votre système d’alarme et assurez-vous que leurs bornes ne sont pas corrodées. S’il y a corrosion ou fuite de liquide, faites-les vérifier par un spécialiste.

Respect des normes

Assurez-vous que votre système d’alarme relié à un centre de télésurveillance répond aux normes en vigueur.

Entrepreneurs de la construction ou de la rénovation

Conseils lors des travaux dans les bâtiments résidentiels

Informez-vous auprès du propriétaire sur la manière de désactiver et de réactiver le système d’alarme incendie relié à un centre de télésurveillance.

Demandez au propriétaire, avant de commencer les travaux, d’aviser son centre de télésurveillance au début et à la fin des travaux.

Localisez les fils du système d’alarme, les détecteurs de fumée et de chaleur ainsi que les gicleurs afin de ne pas les endommager.

Recouvrez chaque détecteur de fumée d’un couvercle rigide et étanche.

Passez délicatement l’aspirateur autour et sur les couvercles rigides avant de les enlever ainsi qu’autour et sur les détecteurs à la fin de chaque journée de travail et à la fin des travaux.

Aérez la pièce pendant les travaux.

Plus de 10 % des alarmes incendie non fondées sont occasionnées par des travaux de construction ou de rénovation.

Précaution

Agissez avec précaution lorsque vous utilisez des outils qui provoquent de la fumée, soulèvent de la poussière ou dégagent de la vapeur à proximité des détecteurs de fumée, comme un pistolet chauffant, une torche à l’acétylène ou une sableuse.

Soyez consciencieux quand vous percez un mur, un plafond ou un plancher, car vous pourriez couper un fil du système d’alarme.

Professionnels de l'installation et de l'entretien

Recommandations pour l’installation et l’entretien

Recommandez à vos clients de se renseigner sur la réglementation municipale concernant l’installation des systèmes d’alarme.

Informez le centre de télésurveillance du début et de la fin des travaux avant d’entreprendre tout travail d’installation ou d’entretien.

Une alarme incendie non fondée peut :

miner la confiance de vos clients à l’égard de la fiabilité de leur système d’alarme et des services offerts par votre entreprise;
faire hésiter vos clients à activer leur système d’alarme, exposant ainsi les occupants et leur domicile aux risques d’incendie.
Pour une installation professionnelle

Programmez le système avec un premier délai de base de 30 secondes où l’alarme sonne seulement dans la demeure. Si un occupant a appuyé sur une touche du clavier de contrôle, le système devra permettre un second délai de 60 secondes pour composition du code d’accès, ce qui évitera la transmission de l’alarme au centre de télésurveillance et cessera la sonnerie.

Installez les systèmes d’alarme incendie résidentiels, selon les recommandations de la norme CAN/ULC-S540 « Norme sur les systèmes d’alarme incendie résidentiels et de sécurité des personnes : installation, inspection, mise à l’essai et entretien ».

Privilégiez l’utilisation des détecteurs photoélectriques et des pièces homologuées ULC.

Installez les détecteurs de fumée, selon les recommandations du fabricant et les normes en vigueur. Les détecteurs se trouvant au sous-sol devraient être placés à proximité des escaliers menant à l’étage.

Installez un relais de fin de ligne pour signaler une défectuosité au panneau de contrôle du système d’alarme, dans l’éventualité où l’alimentation électrique des détecteurs serait coupée.

Expliquez à vos clients comment utiliser et entretenir leur système d’alarme.

Entretenez la confiance

Un système d’alarme incendie installé et entretenu, selon les normes en vigueur et les recommandations du fabricant, constitue la meilleure publicité pour votre entreprise!

Conclusion

Réaction : 90 secondes pour éviter une alarme!

N’oubliez pas que l’activation de la fonction de délai de la transmission du signal d’alarme accorde un maximum de 90 secondes aux occupants pour vérifier le bien-fondé de l’alarme et, le cas échéant, pour l’annuler en composant le code d’accès au clavier du système.

Une alarme incendie non fondée est un signal qui a causé le déplacement inutile des pompiers et qui peut :

coûter cher à la municipalité et aux contribuables, compte tenu des effectifs qu’elle monopolise;
être passible d’une amende dans certaines municipalités;
monopoliser les pompiers loin des urgences véritables, pouvant ainsi compromettre la sécurité des citoyens;
entraîner les intervenants d’urgence à exposer leur vie et celle de leurs concitoyens au danger lors de leurs déplacements.
Être consciencieux et prudent évite bien de fausses alarmes. C’est la responsabilité de chacun d’en réduire le nombre!

Source : MSP

Pour information :
Guy Poulin
Coordonnateur et technicien en sécurité-incendie
guy.poulin@beaucerc.com
418 774-9828 poste 224